Recherche

Tao Gong

Espace de Christophe

Mois

février 2016

Sentir le centre d’équilibre et agir… ;-)

Il suffit de regarder les pieds pour voir la racine perdue et donc agir sur un déséquilibre. Belle action de Taiji !

Pour rappel, le travail sans cesse de l’enracinement, de la forme et des sensations sont importants pour faire grandir nos compétences.

Publicités

Oh… Une belle idée… ;-)

Et l’environnement…

La question de l’environnement est complexe des points de vue scientifique, politique et économique, mais elle se ramène finalement à une question d’égoïsme ou d’altruisme.

Si nous avons de la considération pour le sort des générations futures, nous devons modifier la façon dont nous nous comportons aujourd’hui, pour éviter de ne laisser à ceux qui nous succéderont qu’une planète polluée et appauvrie.

Il est temps de prendre le temps, chaques jours, de revoir notre façon de vivre…

À l’occasion de la diffusion sur Arte du film Vers un monde altruiste ?, dont il est un des protagonistes, Matthieu Ricard évoque les recherches menées en neurosciences sur la méditation compassionnelle.

Le sourire pour une prévention …

Est ce que l’on sourie parce que l’on est heureux OU est ce que l’on est heureux parce qu’on sourie?

               A méditer … !!

La prévention de la maladie par la prévention des déséquilibres physiques, émotifs et mentaux sont à la base de la psychothérapie chinoise. Les principales méthodes préventives sont les suivantes :

– Garder le cœur ouvert par la joie qui diffuse l’énergie dans tout le corps et enlève les tensions.

– Tourner l’esprit vers l’intérieur par la méditation avec le sourire.

– S’entraîner au sourire qui vient du cœur, manifester la joie qui vient du cœur, penser à des choses agréables.

– Voir les deux aspects de toute chose, le bon et le mauvais, mais le bon d’abord.

– Cultiver l’admiration et le contentement en appréciant les petites choses, multiplier la conscience des choses agréables.

– Utiliser ce qui est plutôt que de vouloir autre chose ou l’idéal.

– Avoir des occupations désintéressées, faire des choses que l’on aime et se consacrer à des activités créatrices.

– Avoir des amis et leur dire ce que l’on a sur le cœur, comme si c’était une deuxième famille.

– Ne pas oublier que le corps s’en va vers le bas et que l’esprit s’en va vers le haut, sa voie, le Tao.

LE SOURIRE EST UN TRANSFORMATEUR …

Et si l’on pouvait s’améliorer…

« Nous sommes ce que nous répétons chaque jour »

                                                                                 – Aristote.

Voilà une belle citation qui nous permet de nous rendre compte de l’importance de l’entrainement de l’esprit face à nos petits démons …

Comment changer et améliorer sa vie?


Simplement en s’entrainant tel un athlète, ou un musicien, … On se forme durant des années pour être prof, médecin, éducateur, … Mais quand passe t’on un peu de temps avec nous même pour nous former à comprendre qui nous sommes vraiement. 😉


20 à 30 min par jour n’est pas une tâche trop lourde pour s’entrainer au bonheur…

On commence quand? 😉

Extrait « Man of Taichi » : La leçon finale

J’aime bien le raisonnement de fin… Presque tout est dis. 😉

La marche et la santé…

L’entrainement… L’illusion …

« L’objectif de l’entraînement est de réduire la lenteur, de renforcer le corps et de polir l’esprit. »

A partir du moment où l’on rentre dans une pratique  ( dans le cas présent Martial ) , il faut se rendre compte que juste venir faire des exercices 2h par semaine ne sera pas évidement la clé de la réussite…

La pratique est un processus qui permet de changer le corps et l’esprit, de l’entrainer… Pour se faire, il ne s’agit pas de faire un peu d’effort pour monter dans sa voiture et rejoindre une salle de cours, de suivre l’enseignement, de copier le mouvement et puis de se dire à la semaine prochaine.

Le cours que vous suivez n’est qu’un support d’informations, il permet de vous mettre sur la piste de l’entrainement.

La pratique n’est évidemment réaliste que si nous prenons au sérieux notre quête de progression, sinon que se passe t’il?

Très rapidement, en participant aux leçons, on évolue… Rapidement, notre corps semble savoir faire quelque chose. Et pourtant, une fois sous stress, il ne gère plus rien… Ou comme tout pratiquant, nous rencontrons des zones de manque d’intérêt car la sensation d’évolution n’est plus présente… Je parle bien là de la sensation, car évidement le processus d’évolution est toujours présent mais est plus lent, moins perceptible.

Alors commence la grande règle des questionnements… est ce que c’est efficace, qu’est ce qui ne va pas, comment me motiver, … Enfin, l’esprit par en vrille car il n’est plus concentré sur ce qu’il fait mais sur les limites de l’égo . question

En général, rapidement l’égo va nous inviter à fuir la position de gestion de limite pour nous remettre vers une autre direction ( une autre discipline par exemple ), et donc une
sensation d’évolution nouvelle né… , puis une routine, puis un questionnement, nos limites … Et on est reparti dans nos limites… et donc une nouvelle direction, …. vous l’aurez vite compris, subir un tel chemin nous donnera l’illusion de progresser pour arriver à connaitre un peu de tout sans réel maitrise de quelque chose.

Alors COMMENT puis je progresser et m’entrainer?

  1. Il est fondamental de se trouver un professeur qui est investi dans sa recherche. Il ne doit pas être spécialement un maître, ou un champion de je ne sais pas quoi. Il doit juste être dans la pratique depuis un temps certain et surtout être lui-même dans une quête continue. Dans se cadre, vous comprendrez que lui-même est passé par des moments inconfortables et y passera sans doute encore.
  2. Une fois trouvé la structure, il faut une régularité. Sans suivi, rien n’est possible. Non, il ne s’agit pas de fidéliser le client… Il s’agit de se rendre compte que la pratique demande un processus de régularité et d’échange. Dans se sens, le cours est essentiel. Le travail avec des personnes plus avancées va vous permettre de prendre des informations, ainsi que le travail avec un débutant va vous permettre de vérifier votre compétence de compréhension et comment elle est assimilé. En dehors du cours, le professeur vous invitera à pratiquer chez vous, la phase la plus importante et qui n’est souvent pas prise au sérieux les premières mois, années.
  3. Arrivent nos limites… Evidement, le cours régulier permet au professeur de vous connaitre… on y pense jamais, mais la relation du prof-élève est sans doute le plus important. Ainsi, vos professeurs apprend vos points faibles et vous points forts afin de mieux corriger et vous dirigez vers un chemin d’entrainement adapté à vos besoins pour améliorer vos compétences. Et pourtant vous êtes dans un questionnement qui vous lasse et vous invite à ne pas être régulier par manque d’envie. Il est évident que c’est le moment le plus important pour participer aux cours afin de lancer le processus de compréhension et de changement vers un mieux.
  4. Et voilà l’épreuve la plus dur… Après avoir fréquenté la salle, les cours, les stages, … Il y a ce moment de remise en QUESTION. Intéressant si l’on ne dévie pas dans le processus de fuite. Et c’est à ce moment là que la relation professeur-élève est importante. Le professeur va sans doute répéter les points à développer qui ne sont pas toujours compris de prime à bord par le pratiquant. Mais il est sans doute temps de le faire…
  5. Là, c’est le moment de se dire… STOP!!! Je ne fuie pas, je n’arrête pas, je veux VAINCRE ce processus et réellement progresser. Et là, on parlera d’une première victoire… On se lance dans un processus de transformation interne qui va faire que la pratique va réellement se poser et s’installer. Comment ? Sans doute par une prise de temps journalier consacré à l’entrainement. Sans vouloir faire peur, 30 min par jour me semble idéal au début. Mais là commence très vite le vrai processus de l’entrainement. La routine de répétition journalière doit être tenue assez longtemps pour qu’elle soit acceptée et intégré par le corps. ( On parlera de 1 an à 3 ans , voir 10 ans ). Mais les bienfaits seront posés rapidement car on sentira son corps changé, et lors des cours collectifs on constatera une progression incroyable.

 

C’est ainsi que le pratiquant évolue et que l’entrainement doit se passer.

« Le chemin de l’impatience est toujours le mauvais chemin. »

 

 

 

Master Ma yueh Liang : Tuishou

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑