« L’objectif de l’entraînement est de réduire la lenteur, de renforcer le corps et de polir l’esprit. »

A partir du moment où l’on rentre dans une pratique  ( dans le cas présent Martial ) , il faut se rendre compte que juste venir faire des exercices 2h par semaine ne sera pas évidement la clé de la réussite…

La pratique est un processus qui permet de changer le corps et l’esprit, de l’entrainer… Pour se faire, il ne s’agit pas de faire un peu d’effort pour monter dans sa voiture et rejoindre une salle de cours, de suivre l’enseignement, de copier le mouvement et puis de se dire à la semaine prochaine.

Le cours que vous suivez n’est qu’un support d’informations, il permet de vous mettre sur la piste de l’entrainement.

La pratique n’est évidemment réaliste que si nous prenons au sérieux notre quête de progression, sinon que se passe t’il?

Très rapidement, en participant aux leçons, on évolue… Rapidement, notre corps semble savoir faire quelque chose. Et pourtant, une fois sous stress, il ne gère plus rien… Ou comme tout pratiquant, nous rencontrons des zones de manque d’intérêt car la sensation d’évolution n’est plus présente… Je parle bien là de la sensation, car évidement le processus d’évolution est toujours présent mais est plus lent, moins perceptible.

Alors commence la grande règle des questionnements… est ce que c’est efficace, qu’est ce qui ne va pas, comment me motiver, … Enfin, l’esprit par en vrille car il n’est plus concentré sur ce qu’il fait mais sur les limites de l’égo . question

En général, rapidement l’égo va nous inviter à fuir la position de gestion de limite pour nous remettre vers une autre direction ( une autre discipline par exemple ), et donc une
sensation d’évolution nouvelle né… , puis une routine, puis un questionnement, nos limites … Et on est reparti dans nos limites… et donc une nouvelle direction, …. vous l’aurez vite compris, subir un tel chemin nous donnera l’illusion de progresser pour arriver à connaitre un peu de tout sans réel maitrise de quelque chose.

Alors COMMENT puis je progresser et m’entrainer?

  1. Il est fondamental de se trouver un professeur qui est investi dans sa recherche. Il ne doit pas être spécialement un maître, ou un champion de je ne sais pas quoi. Il doit juste être dans la pratique depuis un temps certain et surtout être lui-même dans une quête continue. Dans se cadre, vous comprendrez que lui-même est passé par des moments inconfortables et y passera sans doute encore.
  2. Une fois trouvé la structure, il faut une régularité. Sans suivi, rien n’est possible. Non, il ne s’agit pas de fidéliser le client… Il s’agit de se rendre compte que la pratique demande un processus de régularité et d’échange. Dans se sens, le cours est essentiel. Le travail avec des personnes plus avancées va vous permettre de prendre des informations, ainsi que le travail avec un débutant va vous permettre de vérifier votre compétence de compréhension et comment elle est assimilé. En dehors du cours, le professeur vous invitera à pratiquer chez vous, la phase la plus importante et qui n’est souvent pas prise au sérieux les premières mois, années.
  3. Arrivent nos limites… Evidement, le cours régulier permet au professeur de vous connaitre… on y pense jamais, mais la relation du prof-élève est sans doute le plus important. Ainsi, vos professeurs apprend vos points faibles et vous points forts afin de mieux corriger et vous dirigez vers un chemin d’entrainement adapté à vos besoins pour améliorer vos compétences. Et pourtant vous êtes dans un questionnement qui vous lasse et vous invite à ne pas être régulier par manque d’envie. Il est évident que c’est le moment le plus important pour participer aux cours afin de lancer le processus de compréhension et de changement vers un mieux.
  4. Et voilà l’épreuve la plus dur… Après avoir fréquenté la salle, les cours, les stages, … Il y a ce moment de remise en QUESTION. Intéressant si l’on ne dévie pas dans le processus de fuite. Et c’est à ce moment là que la relation professeur-élève est importante. Le professeur va sans doute répéter les points à développer qui ne sont pas toujours compris de prime à bord par le pratiquant. Mais il est sans doute temps de le faire…
  5. Là, c’est le moment de se dire… STOP!!! Je ne fuie pas, je n’arrête pas, je veux VAINCRE ce processus et réellement progresser. Et là, on parlera d’une première victoire… On se lance dans un processus de transformation interne qui va faire que la pratique va réellement se poser et s’installer. Comment ? Sans doute par une prise de temps journalier consacré à l’entrainement. Sans vouloir faire peur, 30 min par jour me semble idéal au début. Mais là commence très vite le vrai processus de l’entrainement. La routine de répétition journalière doit être tenue assez longtemps pour qu’elle soit acceptée et intégré par le corps. ( On parlera de 1 an à 3 ans , voir 10 ans ). Mais les bienfaits seront posés rapidement car on sentira son corps changé, et lors des cours collectifs on constatera une progression incroyable.

 

C’est ainsi que le pratiquant évolue et que l’entrainement doit se passer.

« Le chemin de l’impatience est toujours le mauvais chemin. »

 

 

 

Publicités